If Only

Lorsque Création rime avec...

23 décembre 2005

Et les cloches sonnent...

Demain aura lieu la veillée de Noël que beaucoup attendent avec impatience... Pour certain, elle devient synonyme de rassemblement, de réunion familiale s'éternisant jusque l'aube. Tandis que pour d'autres, il s'agit de cadeaux bien empaquettés dans du beau papier rouge brillant au pied d'un sapin multicolore se dénudant de ses aiguilles à mesure que le feu se consume dans l'hâtre poussiéreuse de l'ancienne cheminée. Tout cela pour fêter un seul événement : l'arrivée imminente du Père Noël et de ses énormes fesses au sein de la petite communauté.
Pas un bruit ne se fait alors entendre... Vite vite, envoyons au lit les enfants dormir. Vite vite, déposons les merveilleux joujous sous les branches de "Mon Beau Sapin" et calmement, regagnons l' exaltation des lendemains de fête où, avec bonheur, l'enfant Jésus découvre, émerveillé, le petit train de ses rêves qu'il n'avait cessé de demander à ses parents tout au long de l'année...

La table, décorée de ses plus beaux atours, offrira à la vue de ses ôtes les mets les plus raffinés, où graisse et calories ont trouvé de bon goût de se marier pour le plus grand malheur de madame... Mais qu'à cela ne tienne, cela ne la privera pas de ce festin de roi... Et plongeant avidement ses doigts affamés dans les différents plats se présentant à elle, gagnant ainsi son poids en divers produits du terroire achetés au fermier du coin tout spécialment pour l'occasion, elle oubliera pour un temps, ce facheux traca.

Noël...
Noël...
Joyeux Noël !
Joyeux Noël !

A tous, je vous souhaite un Joyeux Noël !
A vous, qui ne mangerez pas à votre faim en cette douce soirée d'hiver, je vous souhaite de connaitre de meilleurs jours parmis lesquels, lorsque votre ventre vous réclamera d'être nourri, vous n'aurez qu'à vous lever de votre confortable fauteil rembouré et à vous rendre jusque votre réfrigirateur où, parmis le beurre et la crème fraiche, vous attendra Votre repas de Roi...

Joyeux Noël à tous et à toutes ! Profitez de ce jour de fête et amusez vous, voilà tout le mal que je puisse vous souhaiter...

Posté par TheMadHatter à 19:02 - SweeT SenSaTioN - Commentaires [3] - Permalien [#]

11 octobre 2005

Parlez-moi de Lui...

Je vais vous parler d'amour, de cet étrange petit sentiment qui germe tout au fond de votre cerveau, sans que vous ne vous en aperceviez... Et puis, arrive un beau jour où ca y'est, vous êtes foutu, c'est trop tard, pas moyen d'en décrocher de cette foutue drogue ! Y'a cette valse qui se met en route, l'orchestre symphonique qui s'enflamme et qui se met à vous jouer un air de tango... Ca tourne-boule dans votre cervelle à moitié saoule de bonheur. On s'ennivre d'un pas de deux, de la voix chaude de la chanteuse de cabaret et des mots qu'ils vous sussurent tout bas, juste au creux de votre oreille parce que ces mots là, ils ne sont destinés qu'à vous...

On n'imagine plus sa vie sans l'autre, se lever tôt le matin pour partir au boulot sans avoir prit son chocolat chaud avec lui, assis juste là, pas trop loin surout, à tremper ses tartines bien beurrées et à en mettre plein partout sur la table que vous veniez tout juste d'essuyer... Sans lui avoir dit : " à ce soir ", votre petit serment de fidélité... Sans lui avoir souhaité de passer une bonne journée, mais pas trop bonne quand même parce que vous n'y êtes pas... Faut dire, vous, votre journée, elle vous parait bien terne sans lui...

bou_moi

Je vais vous parler d'Amour...

Posté par TheMadHatter à 11:30 - SweeT SenSaTioN - Commentaires [1] - Permalien [#]

23 août 2005

Le coup d'la Panne

[ Tic Tac ]
[ Tic Tac ]
[ Tic Tac ]

Tais-toi...

[ Tic Tac ]
[ Tic Tac ]

La ferme !

[ Tic Tac ]

Je détourne le regard des aiguilles de l'horloge.

[ Tic Tac ]

LA FERME ! LA FERME ! LA FERME !
Les yeux fuyant sur le papier, linceul immaculé, je tapote quelques traits...

[ Tic Tac ]

Je le sais bien... Ce n'est pas la peine de me le rapeller !

[ Tu n'es qu'une bonne à rien ]

...Tic Tac...

Posté par TheMadHatter à 15:57 - SweeT SenSaTioN - Commentaires [2] - Permalien [#]

19 août 2005

My Chopin-G List

Discordante résonnance. O grave, et dans l'octave, se donne à l'aigu. Sublime discordance suspendue.
Chopin, votre mélodie me trahit et révèle en moi vos subtiles émois.

[ Un chien aboie ]

Mais vous voilà emporté, à désirer, à torturer.

[ Le verre se brise ]

O aigus, O graves, envolez-vous au plus loin de ce monde, prenez par la fenêtre...
O aigus, O graves, égarez-vous au plus loin de mon âme... que jamais je ne vous regrette ou ne verse une larme...

[ Un chat se noie ]

Je ne pleurais plus,
Je ne pleurais plus,
Je ne pleurais plus,

Et si...
... Silencieusement, les yeux sur le parquet...
Et si...
... Silencieusement, je pleurais ?

[ La porte grince... c'est toi... ]

Posté par TheMadHatter à 20:42 - SweeT SenSaTioN - Commentaires [7] - Permalien [#]

14 août 2005

Le Souffle au Coeur

Elle est de ces expirations étirées jusqu'a vous en fendre le coeur... cette lassitude qui semble émietter chaque heure passante vos quelques grammes de raison restante.
Las, si las, hélas, je me larve, pauvre larve au fin fond d'un puit sans fond et finis par m'assoupir sur le soupir de mon enfance :

"Mise en croix pour faire jolie,
Mise au lit comme la gamine que je suis,
Mise en bière pour quelques prières..."

Re-croc [mitaine, mauvaise graine]-villée à l'abri de vos échos, je les chuchote à l'oreil de mon voisin de camisole ces quelques vers larvaires que jadis ma mère à son tour me chantonnait la nuit venue.

La pendule de mon plafond se détracque dirait-on. Il n'est plus l'heure des contines pour enfant, mais des refrains pour grands !
Je ne tirerai plus la queue du chat mais permettez moi encore de lui arracher les moustaches. Une par une, je les sèmerai sur le chemin du retour, pour ne plus me perdre :

"Il m'aime,
Un peu,
Beaucoup,
A la folie...

[...]

Pas du tout..."

m_7078_115562081_9694_638801216_bouche_plein_de_coeur_h135222_l_h180826_l2

Posté par TheMadHatter à 22:03 - SweeT SenSaTioN - Commentaires [3] - Permalien [#]

13 août 2005

Les jeux sont faits...

Un appel, le téléphone sonne, sonne, sonne... Je t'en supplie, tais-toi, surtout si ce n'est que pour m'annoncer cela.
Le téléphone n'en finit pas, il résonne, résonne, résonne... Et moi, je reste là, à me demander pourquoi. Pourquoi faut-il encore que sous le poids de tes mots, je succombe de nouveau ?
Le téléphone s'est tu, c'est une voix... Ce n'est ni un chant d'amour, ni un réquisitoire pour une fois. Il s'agit juste de ta vie.
Et cette voix continue... Sifflante, agaçante, frustrante de joie. Et m'étouffant dans cette hypocrisie de courtoisie, la conversation cède le pas aux rumeurs de la rue.
"Je suis heureuse pour toi... Pour vous..."

Je ne t'aime plus.
Je te hais, rien de plus.

A présent, nous ne nous reverrons plus, ni toi, ni ton chien, ni ton chat, ni nos amis d'antant, d'avant... Simples ombres couchées sur le papier, vous finirez au feux et partirez en fumée tandis que moi je danserai, fêtant votre mort prématurée.
Amertume et déception, je vous les dois, ces deux petits mots là...

Merci.

( J'ai remonté les pages de mon coeur, jusqu'à tout à l'heure... )

Posté par TheMadHatter à 19:58 - Auto Porc Trait - Commentaires [5] - Permalien [#]

11 août 2005

Caléisdoscope

Je ne comprends pas, j'étais pourtant attentive...

Assise en tailleur, le nez sur les nuages, je repensais à cette douce chaleur de septembre. C'était il y a six ans maintenant. Ou plutôt devrais je dire : "déjà ". Déjà six longues années à tenter d'oublier, à tenter d'avancer bon grès mal grès.

Je ne comprends pas, j'étais pourtant attentive...

Mais il aura suffit d'une petite foi, si insignifiante, pour que de nouveau, la boite de pandore ne s'ouvre et ne déverse ses maux sur le continent Homme.
Pourtant, des obstacles, j'en avais semés... Des clefs, j'en avais perdues, mais il semblerait que l'on ne puisse contrôler certaine chose et qu'il faille l'accepter... je ne le veux pas, non, pas aussi facilement. Je ne peux pas céder, pas après m'être battue comme la chienne que je suis.
Je suis dévenue chien errant... enragé... avec pour seul mémoire, quelques cicatrices sur le flanc et la haine aux aguets. J'aboie, je remue la queue, mais jamais je n'obéis aux ordres que l'on me donne. D'aucun diront que je n'en fait qu'à ma tête, sans prendre en considération les avis extérieurs. Peut-être est-ce en effet le cas... Mais voyez, je ne porte ni museaulière, ni laisse.
Pourtant, je me sens si seule...

La Liberté serait donc à ce prix ?

beck12

Posté par TheMadHatter à 22:09 - Auto Porc Trait - Commentaires [2] - Permalien [#]

10 août 2005

Et sur du piano, je taquine la bougeote

Se réveiller sur un air entrainant, débuter sa journée avec gaieté... Voilà ce que je m'étais dis hier, en allant me coucher. Malheureusement, ce ne fut pas le cas. Qu'à cela ne tienne ! Je ferai fit du destin ( qui soit dit en passant, est encore moins matinal que mon égocentrisme tentrique... ) ! Et c'est ainsi, casque à la main que je balance la sauce !

Stéréophonics - Dakota
Queen - I was born to love you
Kaléidoscopio - Vocé me apareceu

Jaillissant des écouteurs, la température est déjà prise depuis longtemps ! Les voix timbrées, envolées, rythmées des différents chanteurs peignent un monde de couleurs changeantes, de formes douces et brûlantes. Elles me réclament. Et montant le son jusqu'à m'en rendre saoule, juqu'à emplir mon cerveau de la moindre variation de ton, de basses saturées, d'hystérie enchainée, je me dandine d'un pied sur l'autre. Entraînée par la candence effrainée, je sautille... je saute, je tourne, encore et encore et encore... Toujours plus. Monte le son !

Remue-toi !
Accélère le pas !

Je perds pieds, le paysage défile devant moi, et malgré cette impression de tourniquet, je ne peux m'empêcher de continuer. Les yeux clos, les bras tendus vers ce nouvel univers, je m'envole, ne touchant plus sol. Tout n'est plus que prétexte à cette liberté re-découverte. Les vibrations parcourent ma colonne vertébrale, mon bulbe rachidien, mes os. Je trouve enfin le "la", décharge électrique et fulgurante qui m'avertie du... Mais il est trop tard...

Mes poumons prennent feu, brûlant mon visage à chaque expiration...
( ... )
Mon coeur explose dans un "Bim Badaboum, BOUM" assourdissant...
( ... )
A terre, je tourne mon regard vers le ciel, instant de paix...
( ... )
Merveilleuse journée.
La porte claque...
Chut...

affiche_gala_de_danse

Posté par TheMadHatter à 14:30 - Auto Porc Trait - Commentaires [1] - Permalien [#]

Qu'on lui coupe la tête !

I Was Born To Love You

126018

I was born to love you
With every single beat of my heart
Yes, I was born to take care of you
Every single day...

I was born to love you
With every single beat of my heart
Yes, I was born to take care of you
Every single day of my life

You are the one for me
I am the man for you
You were made for me
You're my ecstasy
If I was give every opportunity
I'd kill for your love

So take a chance with me
Let me romance with you
I'm caught in a dream
And my dream's come true
It's so hard to believe
This is happening to me
An amazing feeling
Comin' through

I was born to love you
With every single beat of my heart
Yes, I was born to take care of you
Every single day of my life

I wanna love you
I love every little thing about you
I wanna love you, love you, love you
Born - to love you
Born - to love you
Yes I was born to love you
Born - to love you
Born - to love you
Every single day - of my life

An amazing feeling
Comin' through

I was born to love you
With every single beat of my heart
Yes, I was born to take care of you
Every single day of my life

Yes I was born to love you
Every single day of my life

Go, I love you babe
Yes, I was born to love you
I wanna love you, love you, love you
I wanna love you
I get so lonely, lonely, lonely, lonely
Yeah, I want to love you
Yeah, give it to me

Queen

Posté par TheMadHatter à 13:35 - SinG SinG My DarLinG - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 août 2005

Avant de Revivre

Encore deux petites heures à tuer, à coup de poing, de couteau de boucher.
Deux petites heures à se remémorer pour une ultime foi mes malheurs de Sophie.
Deux petites heures à revisionner sur le grand écran de mon esprit les scènettes de ma vie. C'est un Roméo, c'est une Juliette... Puis vient Don Juan, tout pinpant, à cheval sur son cochon d'argent. Pauvre de toi, coureur de jupon, car te voilà sous les roues d'un camion...
Tour à tour, j'entreprends de rejouer mes grands rôles ! S'égraine ainsi sur le cadran du temps : Tintin, reporter sans frontière à la lisière de l'indescence... Baal, poète en pleine déliquéscence ou encore Marie, pieuse Marie, première femme du monde, première femme au monde à avoir fait appel à la fécondation in vitro...

Deux petites heures à contempler partir en fumer... là-bas, si loin de moi...

sans_titre3

Posté par TheMadHatter à 22:44 - SweeT SenSaTioN - Commentaires [1] - Permalien [#]